161120201855

h    y    p    e    r    j    o    u    r    n    a    l

.

.

. . .

.

.

161120201855 remanié les 17 & 19

. . . qu’est-ce qui relance le désir, la passion ? Le livre. En particulier le livre d’art. C’est ainsi, il me semble, depuis toujours, depuis ma jeunesse et même l’enfance. Comment expliquer cette sensibilité particulière à l’image, au visuel, au graphique, à la chose sourde, à la frontière du vivant, ramassée en quelque encoignure oubliée. Voilà, ce livre, un livre, commandé quelques jours avant sa sortie, “collecté” aujourd’hui, puisque nous sommes sous contraintes, (l’amende précède la mort), au seuil de ma librairie préférée, ce lieu de relance. Nos saisons infernales, ère du pire où nous devenons tous fous, esclaves de monstres, se tourner vers un champ salubre. Grace à ce merveilleux, se remotiver, retrouver la joie perdue, maltraitée, notre source. Plus de revendications, plus de cris, mais des larmes. Quelle est notre nouvelle réalité ? Ici, tenter de saisir cette chose à l’œuvre, ce qui se dit sans parole. Nous nous retrouvons amis, si proches de ces ruptures, cette séparation des mondes. Oui, il s’agit de violence, avec des bourreaux invisibles ou en uniforme, dans une chaîne d’irresponsabilités, puisqu’ils ne rendront jamais de comptes, ils ont des mots savants, beaux comme des poèmes délirants, c’est théâtral, l’éternelle comédie paradoxale au sein des assemblées. La réalité est nulle part, elle est comme l’espace-temps, elle s’invente dans la détresse, elle est précaire. Toujours ainsi, enfouie, ramassée, pauvre. Quels destins ? Quelles ambitions surgissent alors ? Pourtant, quoique … voilà ! Les pieds sur la table pour refonder l’essentiel.

 

.

.

.

.

.

.

.

.

. . . Oui cher Jean, combien de Séraphine, d’Adèle et de Camille ?

..

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 *    *    *

.

.

.

.

.

.

photo : © yh 251120191711

.

.

.

.

.

171120201800

 

mauvais sang *

 

   La France comme entreprise à démanteler. C’était programmé : après la Grèce, le nouveau grand laboratoire de destruction massive. La formule gagnante :

1Prenez une nation de cinquième rang ;

2 – Organisez un coup d’état électif, par manipulation des médias ;

3 – Implémentez un cadre de la finance.

Le tour est joué.

Victimes collatérales : la misère va exploser. C’est la nouvelle forme de guerre mondiale : le fric et la manipulation des salauds de pauvres. Si le peuple ne réagit pas, il est mort.

.

.

 
.
.
.
.
. . . je réalise, à l’instant, cet autoportrait incroyable

.

.

.

.

.

.

.

 *    *    *

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

191120201815

. . . je me souviens, c’était le jeudi 13 novembre 1980 à 17 h 15, à la librairie Les Temps Modernes, à Orléans, j’achetais l’édition en fac-similé des douze numéros de La Révolution Surréaliste. Quelque temps plus tard, pas beaucoup, magasinier à la librairie Loddé, je déballais le même genre d’édition, mais cette fois il s’agissait de “Lits et Ratures”. Comme je regrette de ne pas l’avoir acheté, ce livre n’apparait même pas sur internet. / 1960, André Breton accorde un entretien, chez lui, au 42 rue Fontaine : vingt huit minutes historiques, filmées !

.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.
note en bas de page
.
 
* mauvais sang : pas le film, juste une allusion à “Une saison en enfer“.
 
 
.

.

.

.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

. . .

au fil de l’ouvrage